Fabrice JACQUIER : l’adhérent du mois de Janvier

Partager l'article

Chez Martinique Digitale, nous avons choisi une fois par mois de mettre à l’honneur un de nos adhérent. L’objectif : nous parler de son activité et de son évolution au fil des années. En ce moment, nombreux sont les entrepreneurs qui font face à la crise sanitaire et aux nombreux confinements. Aujourd’hui, pour ce premier article, nous donnons la parole à Fabrice JACQUIER, gérant d’Antilles Conseils Techniques et Expertises (ACTE) qui nous en dira plus sur son expérience en tant que chef d’entreprise. 

  • Bonjour Mr. JACQUIER, présentez-vous
  • Bonjour. Alors pour commencer, menuisier de formation acquise par le biais du compagnonnage, j’ai commencé à me frotter au monde du travail dès l’âge de 15 ans. Sans jamais compter mes heures, je suis passé par tous les postes de l’entreprise. D’apprenti à directeur d’agence, j’ai pu réaliser des chantiers d’exception et diriger des entreprises axées vers les métiers du second œuvre.

    Les difficultés de travail dans le bâtiment en 2014 m’ont poussé à orienter une partie de mes activités vers d’autres secteurs. Le secteur de l’amiante dans un premier temps puis des polluants du bâtiments m’ont attiré. Il a bien sûr été indispensable de transformer les formations par des examens réussis qui m’ont conduit aux diverses certifications nécessaires à la production des rapports de repérage. En effet, toutes ces activités sont réglementées. J’ai alors créé Antilles Conseils Techniques et Expertises.

  • Dites-nous en plus sur votre entreprise.
  • ACTE intervient dans les domaines des polluants du bâtiment (amiante, plomb termites, déchets, radon, …); dans le domaine de la numérisation de patrimoine bâti (monuments classés, villa, industrie, autres bâtiments), la gestion numérique du Dossier Technique Amiante avec une orientation Building Information Modeling, l’assistance à Maîtrise d’Ouvrage Polluants (conseils aux clients dont les travaux sont en rapports avec l’amiante, le plomb, les termites).

  • Comment comparez-vous votre entreprise à ses débuts jusqu’à aujourd’hui ?
  • Il n’y a plus rien de comparable car nous sommes 6 aujourd’hui alors que je suis resté seul pendant près de 4 ans. Le marché, terreau du business était porteur et la certification qualité de l’entreprise a permis un certain décollage. Le marché de la Martinique s’est vu gonfler par ceux de la Guyane et de la Guadeloupe. Cette startup, grâce à ses employés et l’ensemble de ses partenaires mélange harmonieusement les ingrédients obligatoires à la réussite du projet initial.

  • Comment comparez-vous votre entreprise à ses débuts jusqu’à aujourd’hui ?
  • Nous avons eu une certaine chance d’avoir pu obtenir des marchés publics importants. Ils nous ont permis de pouvoir travailler dans des lieux vides de personnels et ainsi réaliser le travail d’atelier en bureau à distance.

  • Comment vous en êtes-vous sorti suite à cela et aux nombreux confinements ?
  • Nous avons surfé sur cette vague Covid car nous avons pu démontrer la nécessité de l’utilisation de nos outils à technologie embarquée (application, Intelligence artificielle, BIM, BATINBOX, …). En effet, nos diverses technologies permettent à leurs utilisateurs la continuité du travail. Depuis un simple smartphone ou tablette, il est alors possible de connaître et d’interagir sur l’ensemble des éléments constituant le ou les bâtiments. Les dimensions techniques et graphiques, les aspects environnementaux, les plannings, les budgets, ainsi que les éléments de maintenance sont alors à portée de souris et peuvent être partagés pour un meilleur travail collaboratif.

  • Quelle est selon vous la force n°1 de votre société ?
  • La qualité du travail fourni, la flexibilité.

  • Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?
  • Le moyen terme de 5 ans parait bien loin. L’entrepreneur doit cependant s’imaginer dans le futur pour tenir la barre. Dans 5 ans, ACTE Martinique aura fabriqué des filiales Guadeloupe, Guyane en s’appuyant sur la technicité de ses collaborateurs.

  • Quel message auriez-vous pour les jeunes entrepreneurs martiniquais et ceux qui ont peur de se lancer dans l’auto entrepreneuriat ?
  • Il est nécessaire d’avoir une attitude gagnante et percevoir les éléments positifs de la vie pour s’engager dans l’entrepreneuriat. Si l’on conçoit la possibilité de réussite pour les autres, alors il faut considérer en tout temps cette même possibilité pour soi, sans aucune distinction. La peur est un sentiment bien naturel mais qui nous conduit à des effets pervers car elle bloque l’énergie essentielle à la création. La peur se combat en travaillant encore et encore en remettant sur l’établi le travail du jour… .

    Alors, vous avez un projet de réhabilitation, démolition ou travaux sur vos bâtiments ? Contactez ACT Expertises !

    Autres articles

    Actualités

    Daniel DEPAZ : l’adhérent du mois de Février

    Nombreuses sont les filiales de grandes sociétés qui voient le jour en Martinique. Pour cette édition du mois de Février, nous retrouvons Mr. Daniel DEPAZ,

    Communauté du digital en Martinique

    Rejoignez nous !